Nature

La Grande Motte est une petite commune, du point de vue de sa surface, moins de 12 km² ! Dont … 8 km² d’espaces verts et de zones naturelles. C’est exceptionnel.

La fée verte qui s’est penchée sur son berceau n’est autre que son architecte en chef, Jean Balladur. Dès le projet initial, La Grande Motte a été pensée et organisée pour être une ville jardin. Des dizaines de milliers d’arbres ont été plantés pour constituer à terme des frondaisons destinées à apaiser l’âme et à fournir de l’ombre aux piétons et aux cyclistes qui viendraient l’habiter en été. Des dizaines de kilomètres de haies fleuries et odorantes ont été mises en place pour encadrer les voies de circulation et réserver des espaces publics vastes et paisibles pour la déambulation. Une vue aérienne de La Grande Motte suffit à comprendre : les étangs, les dunes, des bois, des bosquets, des pins par milliers occupent 70% de l’espace urbain. Dans le monde, seule la ville indienne de Chandigargh peut en revendiquer autant. Ce n’est pas un hasard, Jean Balladur, s’est beaucoup inspiré du maillage de corridors végétaux autour desquels Le Corbusier a organisé Chandigargh.

Les préjugés ayant toujours la vie dure, beaucoup de français ont eu pendant longtemps de La Grande Motte l’image d’une ville massive, sans végétation ! Elle est en réalité probablement la plus « verte » des villes du territoire, véritable modèle de ville durable, que les architectes de toute l’Europe viennent visiter pour cette exemplarité. Elle est aussi l’une des plus engagées dans la recherche écologique et porte des projets ambitieux à l’échelle de la Méditerranée.

Zoom sur